TUNISIE " La perle de la Méditérranée "

02.10.12

Henna et Croyances Populaires Berberes


331px_Lawsonia_inermis_Ypey36Le henné à un double langage, celui de la séduction et de la magie à travers les différents rituels. Sa pratique fascine, enchante notre société depuis la nuit des temps. Il fait partie intégrante de la vie traditionnelle...


Historique :

Le henné serait originaire d’une région allant du sud de l’Iran et de Mésopotamie au Bélouchistan. Il aurait suivi la migration des peuples ; il serait arrivé dès l’Antiquité en Inde du nord, puis vers l’ouest de la Syrie et terminé en Egypte. En effet, les Egyptiens anciens le connaissaient, comme en témoigne la momie de Ramsès II dont les mains et les pieds en étaient couvert. Durant cette période le henné était apprécié plus particulièrement pour ses propriétés odorantes, et pour ses valeurs médicinales.

L’utilisation du henné est donc très ancienne, même s’il est associé le plus souvent à l’Islam de nos jours. Le rituel qui a le plus de valeur symbolique reste celui de « la nuit du henné » consacré à la cérémonie du mariage. Le henné est l’un des arbres du paradis pour l’ensemble du monde musulman. Cette plante se récolte dès qu’elle arrive à maturité. On ne la coupe pas, on l’effeuille, puis on le fait sécher à l’abri du vent et à l’ombre ; le soleil lui ferait perdre toute sa puissance. Actuellement, il est l’objet de tractations commerciales importantes entre les oasis productrices.

Attributs :

Le henné à un double langage, celui de la séduction et de la magie à travers les différents rituels. Sa pratique fascine, enchante notre société depuis la nuit des temps. Il fait partie intégrante de la vie traditionnelle. On peut exceptionnellement lui prêter un rôle obscur dans le domaine de la magie noire. Le henné est peuplé de légendes qui transforment tout en histoires fantastiques, ces croyances perpétuent la mémoire d’une culture. Mais, sa principale vertu est de protéger l’individu, de former un rempart entre le corps qui en est enduit et ces éléments extérieurs nuisibles que sont les démons, le mauvais œil ou la maladie. Le henné sert aussi de parure, et embellit celle qui le porte, de ce fait il accroît la séduction féminine et risque d’attirer le mauvais œil.

Les femmes principales utilisatrices du henné se nourrissent de croyances populaires, elles y puisent la force et le courage d’affronter les vicissitudes du foyer conjugal. Le henné est un lien magique qui les protège, les aide et leur apporte le rêve. Les femmes en particulier, ont différentes raisons de se protéger contre le mauvais œil, la vengeance, la jalousie etc..

Pour ce protéger elles font des offrandes de protection en déposant dans une assiette du « harmel* » (graine séchée utilisée contre le mauvais œil), l’Alun (pierre qui protège) et le sel auprès du bon génie secourable.

Contre les mauvaises influences de la foule Nass el kanoun, elles jettent du « harmel » au devant de leurs pas et par dessus leurs épaules en prononçant ces mots : « Bismi Allah ( Au nom de dieu), ainsi le mauvais sort est conjuré.

Rites et Coutumes :

Il existe de nombreux rites associés au Henné.

– le rite du mariage :

La mariée est coiffée le jour du mariage par une femme heureuse, n’ayant pas de rivale. Après avoir reçu une application de Henné, les cheveux sont tressés, enserrés dans un anneau d’argent, symbole de pureté. La Hennayat casse un œuf sur sa tête, symbole de la fécondité, en nouant les cheveux, elle y introduit deux dattes enduites de miel, symbole du bonheur.

– le rite à la naissance et au baptême : circoncision :

La mère du petit circoncis tresse ses cheveux enduits de Henné et les attache avec un bracelet et une loubana, contre le mauvais œil. Elle sera protégée en recevant une pièce en argent et une bourse de harmel. A la naissance, les femmes perpétuent un rituel magique qui protègera la mère et l’enfant. Les ingrédients utilisés pour ce rituel sont les poudres composées de Henné et de harmel* qui accompagnent l’enfant jusqu’au quarantième jour. Lorsque le nouveau né apparaît, on dépose sur le cordon lié, un baume composé de farine et de Henné afin qu’il soit riche et bon. Après l’avoir purifié on le roule dans la poudre de henné. Le jour de la pose du henné est sacré, c’est une bénédiction divine, il prélude au rite de la circoncision.

Même si aujourd’hui, cette cérémonie revêt moins d’importance auprès des jeunes générations ; les coutumes perdurent et le henné garde une place de choix pour les rituels du mariage, du baptême et de la circoncision.

* le harmel est une graine séchée, utilisée contre le mauvais œil

Symboles :

– Le cercle, symbole de l'absolu.

– Les rosaces Les rosaces forment des triangles dont la pointe en haut symbolise le feu, la virilité ; la pointe en bas évoque l'eau et symbolise la féminité.

– Le point Le centre, l'origine, le foyer. Succession de points Poussée de l'intérieur vers l'extérieur.

– La spirale La spirale symbolise l'harmonie ; elle exprime le devenir et l'éternel retour. Elle est liée à l'ensemble lune, eau, fécondité, sexe féminin. Elle contient l'ensemble des valeurs féminines trop longtemps négligées dans les sociétés patriarcales. La composition du graphisme a pour effet de créer l'harmonie.

– Le trait vertical Cette lettre se prononce En ou Anou 5, symbolise le souffle de Dieu, source primordiale de la vie. Le trait représenterait un éperon planté en terre, premier objet que les hommes ont adoré dans les temps anciens.

– Deux traits Ce deuxième signe est nommé Ila, Dieu suprême, maître omniprésent des Numides. Les deux traits symbolisent le dualisme qui anime chaque être ; le bien et le mal, le beau et le laid etc...

– Le croissant lunaire Il se prononce Iemme ; tracé rectiligne du croissant, il est la matière qui naît, grandit et meurt.

– Le carré Le carré est l'extension du croissant lunaire. Il se prononce Ieru, Dieu des Libyens qui n'offraient des sacrifices qu'à la lune.

– Le point au milieu du carré L'extension du point dans un carré est la manifestation éclatante des rayons solaires. Il se prononce Less, le dieu soleil chez les Berbères.

– Le 3 à l'envers se prononce i, c'est un signe fort, éclatant, il frappe à tout moment l'homme frêle, sans donner le moindre indice préalable.

– Le signe + Se prononce lette, symbolise l'étoile la plus brillante, perdue dans le firmament, elle est l'unique oeil de Dieu et le phare qui permet à l'homme de s'orienter. Ce huitième signe symbolise la porte originelle ; c'est le iedd des Numides, déesse nourricière.

– La croix L'idéogramme représente les deux bras ou les deux jambes et signifie l'activité supra-humaine ; il se prononce g ou k.

– Deux carrés superposés L'idéogramme représente la malédiction et serait l'envoi de Dieu pour punir et détruire le méchant. Ces symboles traduisent l'inconscient collectif où sont enfouis l'angoisse, le désir, le non-dit. A la faveur de l'art plastique, les artistes cherchent, à travers leur quête de l'absolu, à faire émerger des ténèbres, la lumière révélant l'essence divine et leur propre identité. Les symboles dessinés au henné ont une résonance en chaque être et un impact certain dans la société islamisée.

26987_10150102943675394_6191974_nL’APPROCHE SOINS ET BEAUTE DU HENNÉ

Le henné (Lawsonia Inermis ou Lawsonia ALBA) appartient à la famille des lythracées ; c'est un arbuste aux rameaux gris très clairs qui donne de jolies fleurs blanches au parfum agréable qui rappelle le réséda.

Le henné est extrait de ses feuilles après avoir été séchées et pulvérisées. Connue surtout comme colorant corporel et capillaire d'origine naturelle, sa renommée a grandi au cours des siècles. On a tendance à oublier trop souvent que le henné est aussi un antifongique, un antiseptique et un antisudoral. On le met non seulement sur les cheveux pour leur donner cette chaude coloration cuivrée, mais aussi sur la plante des pieds, la paume des mains, les ongles et parfois les lèvres. Les femmes orientales mélangent les feuilles séchées et réduites en poudre avec de l'eau chaude additionnée de jus de citron, de fleur d'oranger ou d’eau de rose, obtenant ainsi un pâte onctueuse et parfumée qu'elles s’appliquent.

Rappelons que le henné n'a pas pour but exclusif de "colorer" ; c'est aussi un excellent fortifiant pour les cheveux, le cuir chevelu, et la peau en général. Nous voulons parler bien sûr du "véritable henné naturel".

Nous vous le recommandons aussi pour les soins des pieds (voûte plantaire) été comme hiver, contre la transpiration, mais aussi pour faire respirer la peau, éviter les mycoses. On peut le confectionner comme une pâte en mettant de l'huile d'olive ou quelques gouttes d'huiles essentielles (sauge, citron, eucalyptus).

Le HENNE

Origine du texte : http://fr.wikipedia.org/wiki/Henn%C3%A9

Le henné est un arbuste épineux de la famille des Lythracées, dont les feuilles produisent des teintes telles que le rouge et le jaune utilisé en teinture textile et corporelle. On extrait de ses petites fleurs un parfum très apprécié. Le henné provient du Maghreb. Le terme désigne également ce colorant dont l'usage est très ancien puisqu'on en retrouve la trace sur les momies égyptiennes.

Il est utilisé à des fins multiples :
• Religieux: Principalement utilisé par les femmes, le henné leur permet de nourrir la croyance qu'elles peuvent, à travers cette pratique, surmonter les problèmes au foyer et de la vie en général. Il serait signe de bonne fortune et protégerait de la malchance. 
• Cosmétique et esthétique, il embellit, nettoie et purifie la peau. Il peut aussi être appliqué sur les cheveux pour les teindre, les pieds et les mains. Il fait partie, au Maroc en Algérie et rarement en Tunisie en tous cas, de l'arsenal de la séduction féminine, sous forme de signes mystérieux sur les mains ou dans la coloration des cheveux. D'après des analyses en laboratoire, il aurait des vertus antifongiques et astringentes. Ses fleurs sont exploitées en parfumerie. 
• Thérapeutique. 
• Pour les ongles malades (usage externe uniquement). 
• Le henné est parfois utilisé pour couper le haschich. 
Tatouage au henné :
La pratique du tatouage au henné est utilisée à des fins religieuses ou esthétiques.
Au départ destiné uniquement aux femmes musulmanes, cet art se propage désormais à travers le monde et il devient accessible à toutes et à tous. Contrairement au tatouage traditionnel, celui-ci est temporaire (environ trois semaines) et non douloureux. Mais le choix des motifs n'en reste pas moins aussi varié : tribales, chinois, animaux, fantaisies, symboles, ethniques, œuvres d’art, halloween, polynésiens, dragons etc.
L'origine du tatouage au henné remonte à quelques milliers d'années en Mésopotamie, utilisé par les Sémites ( Hébreux , Arabes et tribus apparentées ) et les Egyptiens. On a découvert sur la momie de Ramsès II que les cheveux avaient été teints au henné. Des textes assyriens du VIIe siècle av. J.-C. décrivent des préparatifs de mariage où la jeune fille a les paumes et les ongles teints au henné. En Chine, les femmes se parent avec les fleurs des ongles qui ne sont que des ongles peints au henné. Au Vietnam, les femmes se laquaient les dents en noir, et le henné additionné de produits noircissant leur offrait une teinture économique. Puis le henné conquiert l'Inde au XIIe siècle.

Posté par TSamia à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04.02.12

Sidi Bou Said - Tunisie



Posté par TSamia à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Belle TuNiSiE



Posté par TSamia à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dougga TuNiSiA

Posté par TSamia à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]