__________Introduction

Une position privilégiée au coeur de la Méditerranée; un relief harmonieux, des kilomètres de côtes sablonneuses et dorées; un climat doux et accueillant une histoire plusieurs fois millénaire façonnée par un peuple hospitalier et généreux qui, s'il est conquis ne marque pas moins de son empreinte l'oeuvre du conquêrant... c'est la Tunisie de toujours, profondément humaine à la personnalité aussi riche et fascinante que les cultures qui l'ont marquée.

Terre des rencontres des peuples et de leurs civilisations; terre d'accueil et d'hospitalité, elle est chargée de souvenir, et pétrie d'expériences. Elle a donné son nom AFRICA pour les Romains et Ifriquya pour les Arabes au continent africain tout entier comme si toute l'Afrique était perçue à travers la Tunisie. Jamais un nom n'a été aussi souvent cité depuis qu'on a commencé à écrire l'Histoire. Une grande diversité de civilisations a marqué, à travers trois millénaires, l'âne du peuple et façonné le visage de la terre. Il n'est pas un seul endroit qui n'ait été depuis des siècles parcouru, exploré, cultivé, une région qui n'ait reçu l'empreinte des hommes venus parfois de très loin. Les traces de leurs oeuvres ont couvert tout le pays : autour des sources, dans les vallées, à travers les steppes, aux bords des rivières, aux sommets des collines, le long des rivages, au croisement des routes, il n'est pas un seul endroit qui n'ait porté ou qui ne porte encore les vestiges ou la présence de cette activité.

  C'est un fait universellement reconnu que le patrimoine archéologique et historique de la Tunisie est l'un des plus riches au monde. Cette richesse est l'un des atouts majeurs du succès touritique que connaît la Tunisie. Que de noms prestigieux a connu cette terre. Sur les plages de Carthage, sur les criques du Nord et sur les îles du centre et du Sud on peut marcher sur les traces millénaires du génie militaire carthaginois Hannibal, suivre les pas d'Agathocle ou de César. On entendra parler de Saint Augustin, père de l'Eglise Chrétienne. L'esprit en quête de souffle de liberté retrouvera le souvenir des princes Numides notamment Jughurta (fils de Massinissa) chef politique et militaire qui osa rêver le premier de réaliser l'unité de son pays et de chasser les conquêrants. Les hommes de sciences et de culture auront la satisfaction de voir que la Tunisie honore le savoir à travers la mémoire de l'un de ses fils, Abderrahman Ibn Khaldoun à l'humanité doit les fondements de la sociologie.

  Vieille par son histoire, mais jeune par sa population et ses hommes, la Tunisie moderne se devait de préserver son patrimoine, d'élever ses enfants dans la dignité et de les éduquer de façon moderne, mais dans le respect des traditions arabo-musulmanes.

  Dès l'indépendance, la Tunisie s'est assignée plusieurs objectifs notamment : une jeunesse éduquée sans crise de civilisation et authentique, un développent généralisé des arts et une diffusion de la culture partout à travers le pays.

  Le régime politique s'est tracé une finalité première : la promotion de l'homme. Il fallait en même temps nourrir les hommes, les soigner, leur assurer un logement et leur inculquer une éducation. C'est ainsi que des programmes d'enseignement et de santé publique ont été lancés avec succés.

  D'autres programmes pour la création d'emplois par l'encouragement des entreprises industrielles et agricoles capables d'absorber la main d'oeuvre qualifiée fraichement sortie des écoles, ont été couronnés de succès. Le but était d'atteindre un certain degré de développement au peuple tunisien. C'est la Tunisie moderne, celle d'aujourd'hui libérée de l'oppression et des tabous, qui s'engage sereinement dans la voie du progrès et du développement.